Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Après la fermeture des radios TV-Equinoxe(Douala) et  Magic FM(Yaoundé) par le ministre de la communication Biyiti Bi Essam,  c'est au tour du journaliste Benjamin Fouda  Effa de RTS de payer le prix de sa liberté d’exercer.
  
Benjamin Fouda Effa : "Le Mincom a eu ma tête" 
Le jour quotidien, Jules Romuald Nkonlak 09/05/2008. Ancien chef de chaîne de Radio Siantou parle de son limogeage survenu hier.

Vous venez d`être limogé de vos fonctions de chef de chaîne de la Radio Tiemeni Siantou. Comment avez-vous appris la nouvelle ?

J`écoutais la radio dans l`après-midi, autour de 16h, et j`ai suivi une note de service signée de mon patron, M. Siantou, qui nommait Eugène Messina, précédemment chef du service des programmes, au poste de chef de chaîne. Ce qui signifie naturellement mon limogeage.

Est-ce que vous-vous y attendiez ?

Oui, je m`y attendais. Hier [mardi] nous avons eu une réunion avec le patron. Il nous a tous convoqués et on a eu une réunion qui a duré de 20h30 à 1h à la radio. Au cours de cette réunion, il m`a beaucoup réprimandé. Il me reprochait d`avoir fait, ce jour-là même, une émission interactive sur la déclaration de Janet Garvey, ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, qui s`est exprimée sur l`état de la liberté de la presse au Cameroun. Entre autres choses, elle avait demandé au gouvernement de rétrocéder le matériel de Magic Fm qui, disait-elle, appartient aussi au gouvernement américain. A la fin de cette réunion-là, je savais très bien que j`allais tomber, puisqu`il avait indiqué que celui qui irait à l`encontre de ses instructions serait remercié.


Qui est-ce qu`une émission pareille aurait pu gêner ?

C`est évident, puisque l`émission parlait de la liberté de la presse. Au cours de cette émission d`ailleurs, qui était très équilibrée, nous avons eu l`inspecteur général du ministère de la Communication et le directeur du développement des médias privés qui sont intervenus, en plus des auditeurs qui appelaient d`ici, de Paris, puisque nous émettons sur internet. Cette émission a gêné le ministre de la Communication, à qui j`avais quand même pris la peine de téléphoner le matin avant de la faire. J`ai eu M. Biyiti Bi Essam au téléphone et je lui ai demandé de m`envoyer l`un de ses collaborateurs à une émission que je ferai, pour équilibrer le plateau,

parce que j`avais invité Jules Elobo [chef de chaîne de Magic Fm]. Il m`a dit qu`on se reparlerait et n`a plus rien fait. Donc, c`est le ministre de la Communication que cette émission a gêné.


Vous pensez donc que le ministre de la Communication a pu exercer des pressions sur votre patron pour qu`il vous limoge…

Le Mincom a eu ma tête. Il a reçu mon patron hier [mardi] dans son bureau autour de 19h et il a dû lui rappeler qu`au cours d`une audience il n`y a pas très longtemps, et il avait souhaité que Rts continue de faire le travail d`apaisement, qu`on a d`ailleurs toujours fait, car on n`a jamais été un média qui mettait le feu. Je n`étais pas à l`audience de mardi, je ne sais pas exactement ce qu`ils se sont dit, toujours est-il que c`est au sortir de là qu`ils nous a convoqués en réunion. Donc, j`estime que le Mincom a eu ma tête.


Quand on regarde l`histoire de la Rts, on se rend compte qu`il ne s`agit pas du premier cas de limogeage d`un chef de chaîne dans les mêmes conditions, pratiquement. On peut se dire finalement que lorsqu`on anime des émissions du type que vous animez ou que vous avez animées sur la Rts, on peut s`attendre à être débarqué d`un moment à l`autre…

Vous faites bien de parler de J. Remy Ngono, qui a été débarqué effectivement de la sorte. Lui aussi d`ailleurs à la suite de pressions de l`ancien ministre de la Communication [Jacques Fame Ndongo]. Nous présentons des émissions qui sont assez délicates. Il n`y a pas que cette émission d`ailleurs qui dérange. Il m`est arrivé plusieurs fois d`être interpellé par mon patron après "Zap Press", qui me disait : "qu`est-ce que je t`ai dit de faire ?". Quand on fait des émissions de débat, d`opinion… un bon journaliste dérange forcément. Le jour où on est nommé, on s`attend à être débarqué. On travaille dans cet état d`esprit-là.


Cette décision aura-t-elle une influence sur votre avenir à Rts ?

Je ne sais pas encore ce que je vais faire, je ne sais pas encore ce que je deviendrai. J`en parlerai dans les jours à venir.

Tag(s) : #Interviews