Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

     Camer.be : Hermann Oswald G’nowa.C’est un trafic de grande ampleur que Pauline Zanguena épouse Temgoua dirigeait en plein cœur de la capital française. Les documents fabriqués par l’ex-concubine du chef de l’Etat camerounais allaient des fausses fiches des allocations scolaires aux baux locatifs inexacts en passant par les certificats  médicaux grossiers.

Camer.be a dévoilé l’arrestation de Pauline Zanguena il y a quelques jours. La maman de Frank Biya, le 1er fils de l’autre, avait été interpellée par une patrouille de la police à la sortie du métro Château-Rouge. C’est dans le 18ème arrondissement de Paris.

Dame Temgoua avait été appréhendée en ‘’pleine attaque’’ (négociation commerciale dans le langage populaire au Cameroun). Elle  monnayait allègrement de faux certificats médicaux. Interpellée donc, l’infortunée est très vite passée aux aveux permettant aux policiers de découvrir ce qu’on désigne désormais comme un «supermarché des faux papiers» à Paris.

Retraite difficile
Selon une information difficilement vérifiable par camer.be pour l’instant, la maman du premier fils de Paul Biya serait aujourd’hui très démunie. Seul le trafic de faux papiers permettrait à cette quasi septuagénaire de vivre en Europe. Frank Biya vit quant à lui à Monaco. Personne dans le milieu camerounais n’affirme avoir vu le fils du chef de l’Etat camerounais dans la capitale française depuis l’interpellation de sa génitrice.

Agée de 68 ans, responsable de l'association «La Main tendue», madame Temgoua marchandait les documents administratifs anormaux à un prix démocratique. Le reporter de camer.be a été informé de ce qu’une fiche d’allocation scolaire coûtait entre 10 et 15 euros selon que le ‘’client’’ était un camerounais ou un ‘’étranger’’. Un contrat de bail à loyer valait 20 euros majoré de 25% pour les non camerounais. Ce commerce d’un autre genre tournait vraisemblablement bien.

Selon la presse française, plusieurs milliers de faux documents ainsi que les six ordinateurs servant à leur fabrication ont été saisis. Dans cette affaire qui ridiculise le milieu camerounais de Paris, six personnes ont déjà été déférées devant la justice. Depuis quand fonctionne cette société fictive ? Personne n’a pu situé le début de cette activité dans le temps pour l’instant.

Ce que l’on sait en revanche c’est que, le gouvernement français en panne de crédibilité  prend l’affaire très au sérieux. La justice tente désormais d'identifier les milliers de personnes qui ont bénéficié de l’entreprise de cette grand-mère camerounaise atypique. Selon un policier proche du dossier : «Une trentaine de clients se sont présentés… rien que durant la perquisition» !

C’est depuis le 18 mai dernier que la police parisienne a mis la main sur la maman de Franck. La brigade financière située au Château rouge dans le 18ème arrondissement à Paris a la charge de l’enquête. Camer.be a appris de source bien informée que plusieurs ‘’gros poissons camerounais’’ connaissaient l’existence de ce réseau de faux papiers ; Certains auraient même  recommandé leurs protégés au près de dame Temgoua.

A Paris, certaines personnes soupçonnées dans cette affaire de faux et usage de faux ne dormiraient plus que d’un oeil. L’affaire connaîtra certainement d’autres développements dans les jours à venir. Selon une information reprise par le journal français Le Figaro, c'est presque par hasard que les policiers ont mis au jour cette filière de faux documents, dont auraient bénéficié des milliers de personnes. (à suivre)

Tag(s) : #Enquêtes

Partager cet article

Repost 0