Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Reporters Sans Frontières, Communiqué de Presse du 10/06/2008.Six journalistes interpellés, une émission interrompue : Reporters sans frontières dénonce les méthodes des autorités
Reporters sans frontières met en garde les autorités camerounaises contre les risques pour le pays d'une détérioration du climat entre la presse privée et le pouvoir, après que six journalistes ont été interpellés et une émission interrompue pour avoir évoqué une affaire dérangeante pour le chef de l'Etat.

 "L'interruption arbitraire d'une émission, alors qu'elle aborde un sujet sensible, est incompréhensible. Des interpellations, fussent-elles brèves, sont des actes d'intimidation. L'utilisation de méthodes coercitives à l'encontre des journalistes ne peut qu'aggraver le climat et radicaliser les positions", a déclaré Reporters sans frontières.

 L'organisation rappelle également la nécessité pour les autorités de respecter la loi, si elles attendent des journalistes qu'ils en fassent autant.

 Le 8 juin 2008, l'émission hebdomadaire "Canal Presse", diffusée sur la chaîne privée Canal 2 International, a été interrompue à la dix-septième minute, alors que les journalistes abordaient le cas de leurs confrères interpellés dans l'affaire dite de l'"Albatros". L'interruption aurait été imposée au présentateur et aux techniciens par des représentants de l'Etat.

 L'émission abordait notamment le cas de Marie Noëlle Guichi et Jean-François Channon du quotidien privé Le Messager. Ces deux journalistes ont été interrogés le 3 juin par la police judiciaire de Yaoundé à propos d'un article publié le 26 mai traitant de l'affaire de "l'Albatros", du nom de l'avion présidentiel. L'appareil, acheté en mauvais état par des proches du Président, a eu un problème technique lorsque Paul Biya l'a utilisé pour la première fois. Les journalistes sont accusés d'avoir "publié le rapport d'une enquête judiciaire non encore jugée". Ils ont été mis en examen et risquent une peine de trois mois à deux ans de prison.

Par ailleurs, quatre journalistes et un politologue ont été interpellés par la police judiciaire de Douala pour avoir participé à un débat sur l'affaire de "l'Albatros", dans l'émission "Carte sur table" du 1er juin diffusée sur la chaîne privée STV. Thierry Ngogang, présentateur et rédacteur en chef de STV et l'ensemble de ses invités, Ananie Rabier Bindzi, directeur de la coopération internationale de Canal 2 International, Alex Gustave Azebazé, journaliste indépendant, Jean Marc Soboth, secrétaire sénéral du Syndicat national des journalistes, et Aboya Endong Manassé, professeur à l'université de Douala, ont été interrogés par la police avant d'être relâchés.
*Titre personnalisé
Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0