Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Francis Belibi, Mutations 11/06/2008. Des sources dans l`armée annoncent la mort de l`autorité administrative et de ses accompagnateurs. Le gouvernement les déclare portés disparus.
C`est un communiqué du général de division René Claude Meka, chef d`Etat major des armées du Cameroun lu hier soir sur les ondes du poste national de la Crtv au cours de son journal de 20h qui confirme la disparition des différentes personnes présentes à bord de l`embarcation qui conduisait le sous préfet de Kumbo Abédimo, Fonya Félix Morfan ainsi que huit militaires, dont un officier supérieur des forces armées. Le communiqué des autorités camerounaises indique que l`embarcation a été attaquée par "des pirates lourdement armés", et qu`à la suite de cet épisode, trois militaires camerounais ont pu trouver refuge dans l`eau, malgré des blessures, graves pour certains d`entre eux.

Pour la suite, et selon le communiqué du général de division René Claude Meka, le sous préfet de Kumbo Abédimo et les autres militaires sont portés disparus. Une information qui vient confirmée celle diffusée hier dans ces mêmes colonnes. Or, sur cette même question, des sources proches de l`armée camerounaise font état de la mort de M. Fonya Morfan et des autres occupants de l`embarcation. L`attaque survenue dimanche dernier est intervenue alors que comme nous le précisait certaines sources hier, Fonya Félix Morfan et son équipe se trouvait en route pour une inspection dans une chefferie traditionnelle de la localité où une cache d`armes aurait été découverte.

Cet incident n`est pas le premier du genre dans cette zone de la péninsule de Bakassi. On se rappelle que le 12 novembre 2007, 21 soldats de l`armée camerounaise
avaient trouvé la mort dans ce qui avait été présenté à l`époque comme une "attaque surprise de pirates" restés jusqu`à ce jour introuvables. Les multiples enquêtes diligentées par les différents services camerounais de renseignement n`ont toujours pas rendu leurs verdicts.
Dans son message de fin d`année à la nation le 31 décembre dernier, le chef de l`Etat Paul Biya n`avait pas manqué de revenir d`entrée sur ce drame pour indiquer dans ce qui apparaissait comme une affaire mettant aux prises des éléments de nos forces de défense "…On ne peut ressentir … que de l`indignation devant cette attaque par des éléments non identifiés contre nos soldats.

Toute la lumière doit être faite sur ce qui s`est passé à Bakassi", avant de dégager toute responsabilité de la part des autorités nigérianes qui avaient offert d`aider le Cameroun à faire la lumière sur ces incidents. Le chef de l`Etat indiquait par ailleurs que "Des enquêtes sont en cours du côté nigérian et du côté camerounais. Je veux croire qu`elles feront apparaître la vérité sur ces actes odieux dont les coupables doivent être punis". Paul Biya avait par ailleurs indiqué que "des précautions ont été prises pour qu`ils ne puissent plus se reproduire…". Le chef de l`Etat semble n`avoir pas été malheureusement compris. Il faut par ailleurs signaler que ces événements surviennent deux mois jour pour jour avant la fin de la période transitoire accordée au Nigeria pour l`administration de la péninsule. Un mandat qui arrive en effet à expiration le 12 août prochain, alors que les travaux de la Commission mixte Cameroun Nigeria sur la tracé de la frontière terrestre et maritime sont annoncés pour la semaine prochaine à Abuja.
*Titre personnalisé
Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0