Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Honoré FOIMOUKOM, Le Messager, 23/07/2008.Ceux qui se présentent comme des rebelles démentent l’arrestation de deux des leurs.

Les deux personnes interpellées en fin de semaine dernière par l’armée camerounaise dans la pêcherie de Guidiguidi à Bakassi sont-elles effectivement des éléments du Niger delta defence and security council (Nddsc) ? Bien malin celui qui peut répondre avec exactitude à cette question. Interrogé hier, celui qui se présente comme le commandant Ebi Dari rit aux éclats et dément formellement la nouvelle. « C’est faux », lâche-t-il, avant d’expliquer : « Quand l’attaque a eu lieu, les militaires camerounais ont fui, abandonnant tout ce qu’ils avaient. Avec quel courage auraient-ils pu revenir arrêter nos soldats ? » Et de poursuivre : « Peut-être qu’ils ont arrêté quelques malheureux pêcheurs dans leur village et veulent faire croire que c’est des gens qui appartiennent à notre mouvement. » Il conclut : « C’est simple, qu’ils les présentent et qu’on les voit ; vous saurez s’ils disent la vérité. » L’armée camerounaise elle-même commence à avoir des doutes sur l’appartenance des personnes actuellement en exploitation à Limbe et Isobo au mouvement rebelle. « Ce ne serait pas des militaires ou des hommes formés à la résistance. Car, une personne bien formée pour la résistance ne divulgue pas des secrets. Elle ne donne pas des indications sur les attaques qu’ils ont planifiées », observe une de nos sources militaires.
D’autres hommes en tenue camerounais approchés par Le Messager soutiennent que le plus difficile dans la forme actuelle du conflit à Bakassi c’est l’identification du modis opérandi des assaillants. Car, il n’est pas du tout aisé de combattre un ennemi dont on n’a aucune idée de la manière dont il agit. La facilité avec laquelle les deux agresseurs arrêtés se sont mis à table laisserait penser, à en croire nos sources militaires, que les agresseurs ne seraient que de vulgaires insurgés. Ces sources n’excluent pas une possible collusion entre les rebelles déclarés et des membres du Southern Cameroon national council (Scnc) qui exigent le droit à l’autodétermination des populations de la partie anglophone du Cameroun.
Eu égard à ces multiples doutes, l’Etat major camerounais aurait décidé de passer à la vitesse supérieure. Il aurait, révèlent nos sources militaires, décidé d’organiser une riposte musclée. Celle-ci devant, si cela est nécessaire, « violer » les accords de Greentree qui prônent la non utilisation des armes à feu. « A cause de ces accords de Greentree, nous restons passifs face aux multiples attaques. Car, il ne faut pas ouvrir le feu. En cas d’attaque en zone, il faut d’abord informer le Comdelta à Limbe et celui-ci doit avoir l’accord de Yaoundé pour qu’on puisse agir. Une longue procédure », confie un militaire ayant séjourné à plusieurs reprises à Bakassi.
L’Etat major aurait pris la résolution de militariser davantage la presqu’île de Bakassi, de même qu’il aurait donné le feu vert pour une opération d’envergure en cas de nouvelle attaque. Comme l’indiquent des sources rebelles, une nouvelle attaque se prépare. Celle-ci sera faite dans les jours à venir par un autre groupe qui n’est pas le Nddsc.



Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0