Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Claude Zéba, L'Effort Camerounais 07/24/2008 Trois prévenus sont maintenus en prison, mais l'enquête destinée à faire connaître les mobiles et les complices de cet assassinat piétine.

Contrairement aux  autres assassinats sur lesquels un black out total est fait sur les auteurs de ces actes, les présumés assassins de l'Archevêque Emérite de Garoua, Mgr Yves Plumey sont connus. Le gardien du Prélat, son chauffeur ainsi que le beau frère de ce dernier ont été mis aux arrêts au lendemain de ce crime " crapuleux " qui a endeuillé l'Eglise du Cameroun et principalement celle du Nord Cameroun.

Ces trois personnes ont été déférées à la prison centrale de Ngaoundéré, au motif qu'ils auraient assassiné ou participé au meurtre de Mgr Plumey. On se souvient que Monseigneur avait été retrouvé mort dans son lit au petit matin du 3 septembre 1991. Les premières enquêtes ont révélé que Mgr Yves Plumey est mort par étranglement, à sa résidence du quartier Haut plateaux au lieu dit Petit Séminaire, dans la nuit du 2 au 3 septembre 1991. Ses bourreaux se seraient servis de son drap pour accomplir leur sale besogne.

Les premiers soupçons ont orienté les enquêteurs vers les  personnes  qui étaient au  service du Prélat, comme nous l'avons relevé plus haut. Les conclusions de la suite de l'enquête initiée concomitamment par la gendarmerie et la police judiciaire de la ville sont toujours attendues. Les saura-t-on jamais ? Puisque de l'avis d'un des détenus que nous avions rencontré à la prison de Ngaoundéré il y a quelques années, " nous sommes gardés ici depuis des années sans jugement pour, dit-on, avoir assassiné Mgr Yves Plumey.
Pendant ce temps, nous n'avons plus jamais rencontré les gendarmes chargés de cette enquête… Pourquoi nous maintient-on en prison alors qu'on peine à établir notre culpabilité ? " Un sentiment partagé par de nombreux observateurs qui estiment que les autorités maintiennent délibérément  un flou sur l'affaire, et que l'interpellation de ces présumés coupables  relèveraient de la diversion. 

Le Père Yves Plumey, rappelons-le, conduisit, en sa qualité de Préfet Apostolique, le premier contingent des missionnaires Oblats de Marie Immaculée (OMI) pour l'évangélisation du Nord-Cameroun que le Pape Pie XII (Souverain Pontife  du 2 mars 1939 au 9 octobre 1958) venait de leur confier en 1946. La région était alors sous l'emprise des islamo-peuhls depuis le début du XIX siècle.

Toutefois, une bonne frange de la population, notamment les Kirdis, avait su résister à cette islamisation forcée menée par les troupes de Ousman Dan Fodio. C'est naturellement vers ces populations que vont se diriger les nouveaux missionanaires. Vicaire Apostolique en 1953, le Père Yves Plumey est nommé Evêque de Garoua en 1955. Le 18 mars 1982 il est Archevêque de Garoua jusqu'au 17 mars 1984 date à laquelle il passe le témoin à Mgr Christian Tumi.

Quelques déclarations fortes sur les meurtres des religieux au Cameroun


Les crimes perpétrés contre les ouvriers apostoliques en poste au Cameroun ont touché aussi bien les Evêques de Rome que ceux du Cameroun.

Les Evêques du Cameroun
'' Le respect de tout homme devrait être pris en considération''
Les Evêques ont tenu à faire allusion aux problèmes qui agitent toujours leurs esprits, à savoir la disparition violente de Son Excellence Mgr Yves Plumey, Archevêque Emérite de Garoua, celle de quelques prêtres et religieuses, celle des petits et pauvres sans défense, sans oublier les fréquentes agressions et vols perpétrés dans des mission catholiques et toutes les exploitations et abus exercés régulièrement contre les faibles et contre tous ceux qui n'ont aucune protection. Le respect de tout homme devrait être pris en considération…
                                  
     (18e Séminaire des Evêques du Cameroun du 10 au 16 janvier 1994)

L'annonce de l'Evangile doit être aussi proclamation du respect inconditionnel de la vie
L'assassinat du Révérend Père Engelbert Mveng, juste au début de cette assemblée, vient cruellement rappeler à tous, que, hier, comme aujourd'hui, l'annonce de l'Evangile doit être aussi proclamation du respect inconditionnel de la vie. " Aujourd'hui, affirme le Pape Jean -Paul II dans sa dernière Lettre Encyclique l'Evangile de la vie, cette annonce devient particulièrement urgente, en raison de la multiplication et de l'aggravation impressionnante des menaces contre la vie des personnes et des peuples, surtout quand cette vie est faible et sans défense ".Que de prêtres, religieux, religieuses et de civils assassinés dans notre pays ! Quelle valeur accordons-nous encore à la vie dans notre pays ?
                                       
  (Assemblée Plénière des Evêques du 24 au 29 avril 1995 à Yaoundé)

Mgr Santos Abril y Castttelo, alors Nonce Apostolique au Cameroun
'' On a voulu couvrir avec le silence toutes ces situations pénibles''
Mais ce qui nous attriste davantage, et je crois que ma voix respectueuse et amicale, exprime les sentiments des Evêques et de nous tous ici présents, c'est que parmi tous les cas de meurtres de personnes d'Eglise, seulement en une occasion, on a obtenu un peu de clarté et de justice. Dans les autres, même lorsque nous avons demandé des informations sur les enquêtes, jamais, nous n'avons obtenu des explications réelles et convaincantes. Il semblerait qu'on a voulu couvrir avec le silence toutes ces situations pénibles. Mais notre silence intermittent ne signifie pas que nous avons oublié, ou que nous renonçons à notre droit de demander que lumière soit faite dans chaque cas, et qu'on nous informe dûment. Même dans des cas où il y avait des pistes assez claires, on ne nous a pas donné la moindre explication. Cela est très surprenant. Comme je l'avais moi-même dit au moment des funérailles de Mgr Plumey, nous ne demandons pas de privilèges. Nous demandons seulement un minimum de sécurité pour pouvoir nous consacrer à l'œuvre de la foi et du bien des autres…
(Homélie à la messe des obsèques du Père Mveng)


''Certains voudraient que l'Eglise  se taise''
Les témoins de l'Evangile peuvent être des personnes incommodes pour certains groupes de pouvoir, d'ambitions ou idéologiques, qui en arrivent à utiliser des méthodes regrettables pour faire taire les autres voix. Même ceux qui ne font que le bien à tous, tel Mgr Yves Plumey et bien d'autres. Certains voudraient que l'Eglise se taise ou qu'elle se mette au service d'une partie de la société. Aujourd'hui, la tolérance est plus grande que par le passé, mais les pressions sur les membres d'Eglise sont parfois fortes. Plusieurs religieux ont payé de leur vie ou de leur liberté pour leur résistance à ces pressions. Aussi le Pape, lors de sa visite pastorale au Cameroun en
1995, a partagé avec tout le peuple chrétien la douleur de ces morts inexplicables infligées aux Ouvriers apostoliques dans des conditions jamais clarifiées. Le Saint -Siège et moi avons fait plusieurs interventions et pressions pour obtenir des explications. Jusqu'ici, aucune réponse. Mais un jour, les portes fermées ou entrouvertes s'ouvriront. 
                                     
(Mgr Santos Abril y Castttelo, alors Nonce Apostolique au Cameroun,
                                                                       L'Effort camerounais No 44 du 6 au 26 avril 1996)


Le Pape Jean -Paul II : '' Mgr Yves Plumey,  ce Pasteur vénéré qui avait tant fait pour l'Eglise du Nord du Cameroun''
Partageant " l'inquiétude des habitants du Cameroun devant l'insécurité et la violence subies par certains ", le Pape Jean -Paul II a renouvelé la mémoire de Mgr Yves Plumey, une des grandes figures de l'Eglise camerounaise, " ce Pasteur vénéré qui avait tant fait pour l'Eglise du nord du Cameroun, assassiné il y a quatre ans dans des circonstances encore inexpliquées ".
                                                                  
(Discours à l'aéroport militaire de Yaoundé en 1995)


Le Pape Benoît XVI :'' Comment ne pas rappeler le décès tragique de Monseigneur Yves Plumey ?''
Votre pays est actuellement confronté à une croissance du nombre de réfugiés venant des contrées voisines. Tout en appréciant l'attention portée aux personnes qui doivent laisser leur terre d'origine souvent en raison des conflits armés qui s'y déroulent, je ne peux qu'inviter les nations de la région à répondre toujours plus aux exigences de sécurité et de paix, pour faire face aux différents foyers de violence, dont l'ensemble de la population innocente, et l'Église elle-même, sont malheureusement souvent les victimes. Comment ne pas rappeler le décès tragique de Monseigneur Yves Plumey, du Père jésuite Engelbert Mveng, et plus récemment du Frère clarétain allemand Anton Probst. Un des devoirs fondamentaux des Responsables politiques est sans aucun doute d'offrir à leurs concitoyens une situation sociale pacifiée et la concorde, s'attachant à mettre fin aux tensions et aux mécontentements, qui engendrent régulièrement des conflits, pour faire prévaloir le dialogue et le respect de la légitime diversité culturelle entre les groupes sociaux et ethniques, pour construire et unifier la nation. De même, j'en appelle à toutes les personnes impliquées dans la vente ou dans le trafic des armes, avec des intérêts souvent très lucratifs, à s'interroger sur ce qu'engendrent leurs comportements. Puisse la Communauté internationale s'engager en ce domaine aux côtés des Autorités locales et intervenir aussi, pour qu'advienne chaque jour davantage la paix dans tous les pays.
(Discours du Pape à l'ambassadeur Antoine Zanga)
Tag(s) : #Dossiers noirs

Partager cet article

Repost 0