Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Denis Nkwebo, Le Jour, 19/08/2008. Etondè Ekoto, Zacchaeus Forjindam et consorts sont en proie aux assauts des détenus candidats à l’évasion.
Le quartier 18 de la prison centrale de New-Bell Douala est considéré comme une zone de détention luxueuse.

« C’est une prison dans la prison », ironise un proche de Lamine Mbassa, ancien directeur administratif et financier de la Communauté urbaine de Douala, aujourd’hui incarcéré dans le cadre de l’affaire dite de l’emprunt obligataire de la Cud. Le quartier 18 est séparé du reste des locaux du pénitencier par une barrière. Les entrées et les sorties font l’objet d’une attention particulière. A l’exception de Mme Njoh, ex directrice des ressources humaines du Cnic, admise au quartier des femmes, Edouard Etondè, ancien délégué du gouvernement auprès de la Cud, son ex-collaborateur Lamine Mbassa, Simon Pierre Ewodo Noah, ancien directeur général adjoint du Port autonome de Douala, Siewé Nintcheu ex-cadre du Pad et Zacchaeus Forjindam, ancien directeur général du Chantier naval et industriel du Cameroun, partagent le quotidien du quartier 18, chacun dans sa cellule.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est le quartier 18 qui défraie le plus la chronique à la prison de New-Bell. Non pas à cause de la qualité de ses locataires, mais plutôt pour des histoires liées au quotidien de ces derniers. Depuis son incarcération à New-Bell, l’ex Dg du Chantier naval est le plus à l’étroit. Et pour cause, Zacchaeus, du haut de ses 1,90 mètre doit se contenter d’une cellule de 1,80 mètre. « Il est obligé de rester assis tout le temps. C’est pourquoi il souffre de tension, sans que cela n’émeuve personne. Le directeur vit dans des conditions inhumaines et c’est inacceptable », explique l’une des personnes qui lui apportent, chaque jour, nourriture et messages de ses parents et amis.

Il y a, tout à côté des préoccupations individuelles, des maux collectifs aux Vip du quartier 18. Chaque fois que des détenus ont tenté de s’évader, ils ont pris pour boucliers humains les détenus du quartier de luxe. De source proche de l’administration de la prison, certains détenus font l’objet de chantage permanent, de la part de bandes organisées qui sèment l’indiscipline à New-Bell. Edouard Etondè Ekoto fait partie de leurs clients. Régulièrement, des rumeurs, dont il reçoit lui-même les échos, lui prêtent l’intention de s’enfuir

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0