Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Mathurin Aimé Moussy sur www.icicemac.com, 23/10/2008.La République  n’existe que de nom. L’ armée couve sous les braises de non-dits. La paix est fragile : les institutions sont  soumises à rude épreuve. Le Cameroun  ne parvient pas à enrayer la rébellion qui progresse à petits pas, d’abord dans le Nord par la  prise en otage des populations, ensuite à Limbé avec l’attaque des symboles de l’Etat ces derniers jours. Il y a des milices dont on ne parvient toujours pas à cerner les motivations, les « coupeurs de routes ».



Plusieurs types  d’exactions sont perpétrées au quotidien par les hommes en tenues. Des menaces à ciel ouvert sont brandies sur les médias qui osent défier l’ordre établi. Si, pour désamorcer la menace d’une guerre civile, le président Paul Biya promet des réformes politiques, sociales et économiques ; la classe politique, et quelques barons du parti au pouvoir , font de sa démission un préalable. Pénalisant toute l’
économie nationale, la crise révèle la faiblesse d’un gouvernement étranglé par les institutions de bretton woods et dépendant d’un secteur para public qui exploite les ressources du pays sans participer à son développement : la fuite des capitaux et des cerveaux. 
                                        Mystification de la paix
Un des signes annonciateurs de la crise qui secoue le Cameroun depuis février 2008, se produisit en mai 2000 lorsque le président Paul Biya, lors d’une conférence de presse, indiqua qu’il ne pas pouvait être question de punir les militaires pourtant mis en cause dans le rapport d’une commission d’enquête, pour les détournements. Ce rapport stigmatisait le vieillissement des chefs d’ Etat-major. Ne
voyant pas cette intrusion d’un bon œil, les pressions des bidasses se sont accélérées pour avoir une mainmise sur ce qu’ils appellent leur chasse gardée.

L’armée républicaine !

Pour ne pas perdre la main, face à l’opinion publique qui attendait de grands chamboulements, il a paraphrasé Chirac en mai 2000, sur les réformes des armées : « Je veux faire de notre armée , une armée de métier » . Le chef suprême des Forces armées nationales du Cameroun, a promu à cette même période une dizaine  d’officiers supérieurs au rang d’officiers généraux, c’était faire une armée de métiers taillée sur mesure . Paul Biya décida de ne donc pas mettre ses officiers généraux à la retraite. Pendant que le peuple boude en privé et des officiers subalternes sont prêts à en découdre, il paraphrase, lors d’un de ses multiples voyages à l’étranger le feu président Houphouët Boigny ;vous m’exigerez pas de « mettre mon armée contre moi-même... Je ne prendrai aucune sanction » avait-il conclu, pendant que le népotisme est érigé en valeur au sein de l’armée. Fort irrité des tensions qui prévalent sur le plan intérieur, un Paul Biya vieillissant, malade et dépassé, ne peut qu’ avoir pour pilier son armée .

En Afrique, depuis les indépendances, les relations entretenues par les gouvernements et les populations avec leurs armées sont marquées par une dangereuse illusion. Déclarait Anatole Ayissi, dans Le Monde Diplomatique. L’ Etat a cru que les forces de sécurité depuis 1958, après les émeutes indépendantistes, parce que armées, représenteraient ce robuste socle sur lequel reposeraient la paix et la stabilité du pouvoir politique, raison pour laquelle la moyenne d’âge des généraux est de soixante dix ans(70ans). On espérait qu’en cas de troubles graves les militaires, seule force sociale organisée et muette ,au sein d’ un Etat décadent comme le Cameroun, pourraient légitimement s’ériger en sauveurs du pouvoir politique en péril.


Anatole Ayissi dans son article, citait  le colonel Joseph Désiré Mobutu, qui justifiait sa prise de pouvoir par les armes en 1965 comme « un mal nécessaire... un acte correct, légitime, fondé et bienséant ». Ainsi le général Sani Abacha, en 1991, brisa-t-il brutalement l’élan du peuple nigérian vers la démocratie pluraliste et clama que sa seule ambition était de gouverner le Nigeria de manière « ferme » et... « humaine ». Par conséquent plusieurs « Apôtres » en camoufflets ,  ont utilisé ces arguties pour justifier l’irruption de la force militaire au cœur du pouvoir , Paul Biya n’ayant pas de dauphins supposés, laisse courir tous genres de guéguerres au sein des institutions. Car, déclarait-il qu’il ne pouvait pas laisser le Cameroun dans le chaos et entre les mains d’apprentis sorciers. L’armée étant son excroissance politique va-t-elle donner libre cours à une démocratie ?

                                         Quand les armes changeront d’épaules
Dès l’aube des années 1990 avec les mots d’ordre de villes mortes et de conférences nationales souveraines, il était devenu évident que l’implication des forcées armées dans la survie des Etats aux abois s’est accrue. Tous les dictateurs pour des raisons d’ordre public , trouvaient idoine de renforcer leur assise par les armes. Le nombre des
recrutements militaires a quintuplé entre 1990 et 2008, au Cameroun. Et pourtant, il y a des secteurs clés du développement, qui ont un manque criard de personnel : santé , éducation. La solde des hommes armés a triplé en moins de dix ans ! 

Tandis que les fonctionnaires sont restés quinze ans sans avoir la moindre augmentation. Il devenait évident aussi que des soldats détournés de leur mission originelle et mis au service exclusif de l’autorité politique peuvent à tout moment se retourner contre « la divinité qui leur donne la manne ». Il s’est avéré que des hommes en tenue, à une certaine période de l’histoire, se sont retournés contre leurs maîtres du passé :Mauritanie, Centrafrique, Tchad, etc. La prise d’arme ou le déni de démocratie est devenu la nouvelle trouvailles des dictateurs en miniature : Kenya, Zimbabwe . Il se trouve que mêmes les pays qui étaient stables ,comme ceux précédemment cités, polarisent l’attention de la communauté internationale. 

 Nous nous demandons si les prochains remous post électoraux, suscitant le partage du pouvoir, comme en Côte d’Ivoire, Kenya, Zimbabwe ,ne vont pas se répandre au Cameroun, Gabon, Tchad, etc ? Les Etats africains sont malades de leurs armées. Et les armées victimes de leurs Etats. Disait Anatole Ayissi. La perte du sens patriotique et la disparition de l’ esprit de corps , le tribalisme, le favoritisme, ont notamment grandement porté préjudice à la dignité et à la crédibilité du soldat camerounais. Un officier supérieur camerounais à la retraite déclarait dans des médias à Yaoundé ce mois d’octobre 2008, que l’armée est victime d’ un processus de « fragilisation  »qui, à terme, conduit au malheur de ses effectifs, il manque selon lui, de leadership.  La tentative de vol de la mallette du président, par sa grade rapprochée n’est-elle pas l’expression d’un rase bol ?

L’atout majeur des forces de défense, demeure l’ esprit de corps  comme le disait Napoléon. Il  est né et s’est consolidé à travers les périodes de troubles, c’est dans ces lieux d’adversité où chaque fantassin, quels que soient son grade, son ethnie ou sa religion remet littéralement sa vie entre les mains de ses camarades d’armes. Une armée indisciplinée et divisée finit par devenir un danger pour elle-même, pour l’Etat et pour les citoyens qu’elle est censée protéger. Dans bien des pays africains, c’est au contraire l’esprit de clan et de caste qui domine au sein de forces armées ,n’étant unitaires et républicaines que de nom.

D’un côté émerge une armée de briscards , qui deviennent les maillons d’ une sorte de complot entre les différents des bras séculiers de la nomenklatura ,où le pouvoir politique se sert de l’armée, et vice-versa. Au sommet de cette cohorte  trônent des thuriféraires en uniforme, une minorité de hauts gradés, sauvagement embourgeoisés et incontournables. Mais, s’il est vrai que la proximité entre pouvoir politique et militaire, a fait de ces derniers des nababs, des fedayins aux ordres des leviers de décisions, il n’en demeure pas moins que le moral des forces armées au Cameroun, est plus que pitoyable. Et, à côté des étoilés, il existe une autre armée tout au fond de l’échelle sociale de la nomenklatura militaire. Elle est faite de tous ces laissés-pour-compte en tenue, malheureux, pauvres qui sont en dissonance, avec un haut commandement riche et méprisant. Les fonctionnaires corrompus camerounais sont plus riches  que les hommes d’affaires, par ailleurs les militaires pourris du Cameroun sont plus riches que les ministres.

La déliquescence des forces armées zaïroises, qui avait conduit à la misérable fin du président Mobutu, illustre cette naissance d’armées à deux vitesses,  divisées, opposées et inégales ,  la règle qui prévaut pour le recrutement et plus encore pour l’encadrement  des soldats étant souvent celle du  clientélisme politico-ethnique , afin de les rendre plus sûrs et manipulables .Ainsi, les quelques centaines de militaires à l’origine de la mutinerie de Limbé ont été recrutés par le haut commandement actuel  pour des raisons discrétionnaires .

Face à la précarité matérielle, à la discrimination et à l’exclusion, nombre de ces soldats laissés à la traîne basculent facilement de l’indigne statut d’honnêtes gueux en uniforme à celui, moins honorable mais beaucoup plus profitable, de bandits armés .A reprendre ce néologisme qu’on a trouvé pendant la guerre civile de Sierra Leone le « sobel » - « soldier and rebel » , une sorte de militaire hybride ayant la faculté d’être  soldat  le jour et  rebelle gangster  la nuit, c’est cette espèce qu’on retrouve le plus au sein de notre armée. Cette confusion qui ne dit pas son nom, laisse pantois !


Si la misère d’un citoyen civil peut demeurer un simple problème social, la misère morale d’un soldat en armes peut dégénérer en un défi politique propre à mettre en danger non seulement la survie du régime, mais également la paix et la stabilité de la société tout entière. Là réside l’extrême danger de la paupérisation dont certains sont victimes dans nos forces armées. Ce problème relève plus de l’encadrement civique . En Côte-d’Ivoire, les mutineries de décembre 1999 et de septembre 2002 eurent pour origine non pas des questions d’ordre politique, mais des revendications corporatistes : salaires, primes, casernes, promotions. Mais, au Cameroun les salaires sont encore assurés. Tout cela suffit-il à discipliner une armée où le vice et l’arbitraires, sont les grades les plus partagés ? Que faire de ces militaires  médiocres et incontrôlables, dans un environnement délétère où  les revendications  civiles, bien qu’étant essentiellement alimentaires, sont une menace pour ce régime déjà fragilisé par les difficultés économiques ou les guerres de clans? Cette gâchette que Paul Biya braque sur le peuple camerounais, ne peut –elle pas se retourner contre lui ?

Tag(s) : #Analyses

Partager cet article

Repost 0