Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Collectif du Personnel Chercheur du Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MINRESI) BP 1457 YAOUNDE, in camer.be, 20/04/2009.Excellence Monsieur le Ministre, Délégué à la Présidence Chargé du Contrôle Supérieur de l’Etat. Depuis un certain temps, nous suivons avec beaucoup d’intérêt vos actions d’assainissement dans le cadre de l’opération Epervier initiés par le Président de la République.

Malgré la sensibilisation, suivi des arrestations, certains ministres et secrétaires généraux dans les Ministères continuent à penser que l’enfer c’est pour les autres. C’est dans cette optique que nous membre, du collectif du personnel chercheur du Ministère de la Recherche Scientifique et de l’innovation à Yaoundé, venons respectueusement auprès de votre haute personnalité pour vous faire savoir la situation qui prévaut dans notre institution.

En effet, depuis l’arrivée de Madame TCHUINTE Madeleine comme ministre dans ce département ministériel, nous vivons un calvaire que nous comptons dénoncer ce jour. Pourtant, nous avons attiré l’attention de Madame la ministre dès sa prise de fonction sur les pratiques de son Secrétaire Général M. Maurice DOUBE et les défis qui l’attendent à la tête de ce département ministériel. Comme conséquences, elle renforce les pouvoirs de ce dernier qui aujourd’hui devient incontrôlable.

Tenez par exemple, Monsieur DOUBE Maurice est le seul responsable au ministère qui rencontre la ministre pour lui donner la situation du ministère sur tous les plans. Les conseillers techniques, les inspecteurs, les chefs de divisions encore moins les cadres techniques ne peuvent voir l’ombre de ce dernier que lors des manifestations publiques quand ils sont invités. Cette situation a entraînée la détérioration des relations entre le sommet et la base.

Ce dernier manipulateur, sélectionne les dossiers à présenter au ministre.

Profitant de cette situation, Maurice DOUBE manipule a volonté le ministre, lui fait signer  souvent certains documents qui n’ont pas de sens, embarrasse le ministre. Le cas le plus visible où il voulait présenter l’incompétence de son ministre au grand public remonte en novembre 2007 face à la commission des finances à l’Assemblée Nationale pour la défense de notre enveloppe budgétaire.

 Le ministre à balbutier devant les membres de cette commission et aucune question n’a été répondue par de cette dernière.

Ras-le-bol

Monsieur le Ministre, courant mi-juin 2008, et au moment où Yaoundé est envahie par une folle rumeur annonçant un éventuel remaniement ministériel, nous assistions en spectateur résigné à la reforme précipitée du parc automobile de notre ministère.

ONZE (11) voitures de luxe d’une valeur estimée à 260 millions sont vendues à la sauvette au Minresi et tenez vous tranquille, les principaux bénéficiaires  sont :

BENEFICIAIRE FONCTION MARQUE DU VEHICULE COULEUR
Dr TCHUINTE Madeleine Ministre 1-Toyota VX Land cruiser
2-Toyata VX land cruiser
3-SONATA*
4-Nissan Maxima Blanche
Blanche
grise
Verte
Bleu marine
Dr. DOUBE Maurice Secrétaire Général 1-Land Cruiser VX
2-TERRANO
Bleu
Bleu
M. TUEKAM Sylvain Secrétaire Particulier Pick-up IZUZU (double cabine) Blanche
M.ATEBA Chauffeur du cabinet Pick-up IZUZU (double cabine) Blanche
YOSSI Charles Chef du Protocole Cabinet du ministre Toyota berline bleu
M. KANMOUGNE Jean Directeur des Affaires Générales Toyota berline (Toute neuve) Bleu
KOOH Samuel « SP » du SG Kango Blanche


 
*Cette voiture a été confiée au frère aîné du Ministre sous le N° banalisé CE 641 AB

NB : une autre voiture PICK-UP est actuellement désossé et sur calle visible actuellement au  parking du MINRESI.

Monsieur le Ministre, nous vous assurons que ces véhicules étaient en parfait état de fonctionnement et certaines datant de moins de 5 ans. Cette vente n’a jamais été publiée ni au ministère et encore moins dans les journaux (Cameroon-tribune) comme prévoit les textes. 11 voitures de hautes factures c’est trop et cette situation paralyse de nos jours les services opérationnels qui ne disposent même pas un vélo.

Pour en aboutir à la vente facile de ces véhicules, le ministre Tchuinte Madeleine aurait utilisé tout son « poids politique » auprès de la commission de la reforme comme l’affirme un agent de cette commission qui a requis l’anonymat et l’on soupçonne d’ailleurs le versement des pots de vin  dans ce processus.

Gestion du budget de l’Etat

Monsieur le Ministre, au regard de la gestion du budget de l’Etat, nous tenons d’abord à relever les chapitres et les lignes budgétaires où se sucre nos gestionnaires de crédits au Minresi. (Tous ceux qui ont les doutes nous les invitons à vérifier nos informations au Chapitre 19, du MINRESI).  Prenons à titre d’exemple le budget 2007 :

Section  134 : bonne gouvernance et lutte contre la corruption montant de l’enveloppe : 60 millions de FCFA. La cellule de lutte contre la corruption n’a jamais été installée dans ses fonctions  et malgré le rapport produit, aucune réunion de Bonne Gouvernance n’a été tenue par le Secrétaire Général. 60 millions de Francs CFA consommés gratuitement.

Dans ce budget, l’on note l’existence de certaines lignes fictives :

Section 471 : Réf : 350015   Comité National de liaison du programme MOST : 15 millions. Ce programme de l’UNESCO n’est pas opérationnel au ministère depuis 2004 et chaque année cette rubrique se retrouve dans le budget et consommé avec appétit ;

Réf : 350030 Conseil National de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’innovation : 62 millions de F.CFA. Le conseil n’a jamais eu lieu et le budget consommé chaque année;

Réf : 350010 Secrétariat permanent du conseil de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche scientifique et Technique : 16 millions FCFA Budget de fonctionnement consommé (rappelons que le secrétariat permanent de cette structure est installé au MINSUP) ;

Réf : 350020 Secrétariat Permanent de la Conférence des Ministres de la Recherche et Développement de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (COMRED/AOC): 20 millions Secrétariat Permanent fictif (poste vacant)  et budget consommé depuis.

Sans être exhaustif sur d’autres aspects budgétaires que nous connaissons très bien, voilà  185 millions distrait à ciel ouvert en créant les lignes fictives dans notre administration chaque année.

NB : Rappelons pour mémoire que ces budgets sont reconduits en 2008 finissant et le projet de budget 2009 contient les mêmes rubriques. Ses informations peuvent être vérifiées à la Sous –Direction du Budget et du Matériel  du Minresi, Contrôle Financier du MINRESI...

Gestion des ressources Ppte

Le budget de 2007 prévoyait pour le fonctionnement du secrétariat permanent 12 millions cinq cent mille francs CFA. Ce secrétariat à ce jour est inexistant mais un secrétaire permanent est nommé à ce poste et cumul ses fonctions avec le poste de Chef de Division de la Coopération Scientifique et Technique. Les fonds alloués dans le cadre de ce projet étaient directement gérés au Cabinet du ministre. Avec le vent de l’Est qui souffle sur les PPTE, on a vu le ministre se débarrasser de cette manne gênante pour le renvoyer chez l’initiateur du projet Dr THE Charles chercheur à l’IRAD. Ce dernier va constater avec amertume que le budget était trop entamé et ne pouvait plus donner une bonne visibilité sur le plan national à savoir la mise à disposition auprès des planteurs des semences de bases sélectionnées.   Le résultat, nous le connaissons tous. « Les paysans attendent toujours. Et les moyens financiers se sont égarés quelque part dans la nature. Pour brouiller les pistes, THE Charles est limogé par note de service de ses fonctions de gestionnaire pour indélicatesse par le ministre. Des millions de FCFA en fumé et pour se protéger Dr. THE va quitter le pays.

Gestion des ordres de mission et bon de carburant

L’Etat perd des millions de francs par an dans le chapitre mission. Dans notre ministère, le record est battu par les missions fictives à commencer par M. DOUBE Secrétaire Général. En début de cette année budgétaire, il devrait se rendre au CONGO pour une mission d’Etat. Les frais de mission ont été perçus et ce dernier n’avait pas fais le déplacement. Tout récemment encore et plus précisément ce mois d’octobre 2008, il vient d’être autorisé à effectuer une mission en Europe à Genève tous les frais y compris le billet d’avion ont été payé et le Secrétaire Général ne s’est pas déplacé naturellement l’argent est consommé. Idem pour la ministre qui devrait se rendre en Europe en mai dernier avait aussi perçu la totalité des frais y afférent et n’a pas fait le déplacement (ces informations sont vérifiables dans les services du contrôle financier spécialisé du Minresi).
 
 Dans ce ministère, le secrétaire Général a introduit depuis son arrivée en 2003, la notion de « porteur ». Cette pratique consiste à délivrer une feuille de mission à un agent avec un gros montant et quand la mission est payée le porteur reverse au concerné (SG) les 95% du butin. (A apprendre ou à laisser). C’est à ce titre que ces proches, et ces ami(e)s dans les autres ministères reçoivent les grosses feuilles de mission au grand mépris des chercheurs qui attendent les moyens pour faire les descentes sur le terrain dans le cadre de leurs recherches.  Ceux qui ont tenté de déjoué le SG, peuvent eux même vous expliquer leurs malheurs. Soulignons que à chaque ouverture du budget, les quotas des lignes « mission » sont atteints dès la première semaine.

Le principe consiste à faire signer à Mfou, Mbalmayo, Douala etc. (ville très proche de Yaoundé)… au moins un mois à l’avance les feuilles de déplacement en attente du lancement du budget. A ce jour et suite aux pressions diverses et tentative de dénonciation de cette pratique, M. Doube Maurice a attribué à titre « d’achat du silence et de conscience » une feuille de mission fictive à chaque agent du Secrétariat Général. Pour la petite histoire, ces feuilles de mission sont  bloquées au contrôle financier pour « quotta atteint ». Face à cette déception, les agents attendent le Contrôle Supérieur de l’Etat et la Cour des Comptes pour dénoncer cette pratique. Ce qui nous énerve le plus, nous sommes nargués au quotidien. Pour le SG, chacun doit attendre son tour. C’est à ce titre qu’il a acheté au mois de janvier 2008 deux grosses cylindrées (une Mercedes supersonique et une RAV 4  -nouvelle coupe- coût total 30 millions de FCFA). Ces véhicules sont couverts dans son parking à domicile sis à la vallée de la mort à côté de la Direction de la Comptabilité Matière à Yaoundé.    
Quant aux bons de carburant, ils sont naturellement échangés en liquidité sonnante et trébuchante  dans les stations de service.  C’est la propriété privée des gestionnaires d’ici.

Gestion des vœux au Minresi

Chaque fin d’année, une correspondance officielle et signée du SG est adressée aux responsables des structures sous tutelles pour solliciter les  fonds nécessaires à l’organisation de cette cérémonie. Près de 22 millions sont récoltés chaque année. Sur ce montant son altesse ne dépense même pas le 1/4. Deux buffets sont proposés. Un buffet VIP et un autre pour les agents. Toute la nourriture se prépare à son domicile et convoyé par une vielle fourgonnette. Outre cela, c’est lui qui négocie la location des chaises à 100 FCFA, les tentes et le cadeau du ministre. 22 millions validées. Cette année la commission d’organisation de cette cérémonie n’a pas eu de per diem de prestation. Pourtant La loi de finances prévoit dans le budget de l’Etat les lignes entières pour « les réceptions ». Ces informations peuvent être vérifiées auprès des organismes sous tutelles.

Les directeurs des structures sous tutelle du MINRESI, sont victimes au quotidien du harcèlement et des chantages. Un seul mot « argent, argent, argent». Face à cette situation, certains directeurs  sont souvent obligés de sortir les fonds des caisses quitte après à fabriquer les preuves. Vos enquêtes sur le terrain vont vous le prouver. Et certains directeurs ont perdu le sommeil.

Gaspillage :

Excellence monsieur le ministre, si vous parcourez les budgets du Minresi, depuis 2004 c’est toujours la copie coupée et collée sans que cela n’attire l’attention de la commission des finances de l’Assemblée Nationale. A savoir la réfection des bâtiments administratifs, acquisition des véhicules, le mobilier de bureau. Les consommables recouvrent 55% du budget car ne dit-on pas que les consommables sont consommés et maintenant où il n’y a plus des comptables matières c’est la catastrophe ! Dans le budget de 2008, on peut lire : la réfection du parking etc. Comme on n’a plus quoi faire avec le trop d’argent par manque de projets de recherches, une petite entreprise du « village électoral » vient de décaper tout le goudron du parking pour le remplacer avec les pavés.

 Gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines dans notre ministère est catastrophique. Nous sommes devenus une annexe de l’Université de Dschang. Une bonne partie des enseignants de cette université est nommée au MINRESI et abandonné à elles-mêmes. Cette pratique est occasionné par l’académie de cette université qui n’est plus prête à accueillir  son ancien enseignant à la porte de la retraite devenu par la force de la nature SG du MINRESI, récompense qu’il doit, dit-il à son parrain « Barbe dure » René Owona –paix à son âme - pour les services rendus dans le cadre « des renseignements ».

Le personnel chercheur que nous sommes ne représente rien du moins pas grand-chose aux yeux du SG. Pour lui, notre statut traîne à la haute hiérarchie à cause de notre incompétence. Monsieur le SG a fait 18 ans d’enseignement sans un seul article publier dans les journaux scientifiques. Le nom de Doube Maurice n’est pas connu sur les moteurs de recherches Internet. Depuis le début de cette année budgétaire, il fait seul les missions et octroie les missions fictives à ces proches. A moins 5 mois de la retraite il pille tout, et se précipite à construire un immeuble sur la route de l’aéroport international de Yaoundé.

Un poids deux mesures

Conformément à l’instruction générale N°002 du 4 juin 1998 relative à l’organisation du travail gouvernemental, stipule à son paragraphe 29 que «  les ministres doivent veiller à ce que les fonctionnaires placés sous leur autorité et admis à faire valoir leurs droits à la retraite, libèrent effectivement à temps le service et soient lorsqu’ils exercent des fonctions de responsabilité remplacées par leurs collaborateurs appelés réglementairement à assurer l’intérim » au MINRESI, cette instruction est bâillonné. Les retraités font la loi à titre d’illustration, le Dr SIMO Augustin  est retraité depuis deux ans et continue a occupé jusqu’à date le poste du Secrétaire Permanent du CNDT. Ce n’est qu’un cas parmi tant d’autres. Juste à coté en 2007, le Chef de Division de valorisation et de Vulgarisation doublé de sa casquette d’ancien ministre a été chassé ses effets fouillés à la sortie du ministère par les vigiles sur instructions du SG/MINRESI. Aussi, l’ancien Conseiller Technique aujourd’hui haut cadre à l’AIEA à Vienne a vu son bureau scellé de peur qu’il ne sorte avec quelques rames de feuilles qu’il venait de recevoir. Qui protège les autres ?

Favoritisme

Au CARBAP à Njombé, notre SG a fait limoger M. BITJOKA ancien DAF de cette institution. Aucun motif n’a été avancé car il fallait placer à ce poste un certain M. KOUPELE qui après deux ans sera à son tour limogé par le Ministre devenu PCA du CARBAP pour placer son protégé M. YOSSA Thaddée.

Quant aux “jeunes chercheurs”, recrutés par l’ancien ministre HOGBE dans le cadre de la relance des projets de recherches, certains sont actuellement noyés dans le ministère  et pour se consoler, ils préfèrent travailler comme mercenaire dans les organismes internationaux.

Méchanceté et ignorance des valeurs 

M. Tondje Tondje Pierre Roger, attaché de recherche à l’IRAD  avait découvert un produit très efficace de lutte biologique contre la pourriture brune du cacaoyer. Pour sa mise en valeur, il avait sollicité auprès du ministre un montant de 5 millions de FCFA pour protéger ses travaux à l’OAPI.  Aucune suite n’a été accordée à sa demande. Frustré, M. Tondje Tondje Pierre Roger s’est émigré aux Etats-Unis d’Amérique où il été récupéré  par une firme de lutte biologique. Voici le contact e.mail de M. Tondje  si vous voulez solliciter les détails : (prtondje@yahoo.com).

En guise de conclusion, au vu de tout ce qui précède, nous constatons avec regret que depuis le départ du ministre Henri HOGBE NLEND, et de l’agronome PEREVET Zacharie de ce ministère, nous avons fait un grand bond vers  la case de départ c’est- à- dire le retour au sous sol. L’équipe actuelle n’a même pas pu définir un plan stratégique de travail. La stratégie sectorielle tant « criée » dans nos oreilles n’est pas visible malgré le déblocage des dizaines de millions pour son élaboration. Les 18 programmes de recherche initié par HOGBE on été ensevelie juste après son départ. Aujourd’hui, chacun est susceptible de se lever et décider d’étudier l’accouplement des grenouilles, sujet intéressant certes mais sans rapport avec un besoin exprimé. A titre d’illustration, et malgré la crise alimentaire actuelle au Cameroun, l’IRAD a été instruit par le ministre Tchuinte d’engager les recherches sur le biocarburant justement au moment où le Kg de riz coûte 450 F CFA chez le détaillant. Elle a été stoppée dans cette folle course par les Services du Premier Ministre. De 2004 à 2008 notre ministère à reçu environ 40 milliards de FCFA soit 10 milliards par An.

Aucun résultat n’est vraiment visible. Pour quoi ce gâchis ? Et qui paye la facture ? Le bon manager c’est celui qui défini la feuille de route. Chez nous au Minresi, seul les budgets d’entretien et d’aménagement des bâtiments administratifs sont importants. Ici, l’on va appeler le cousin du village pour lui attribuer tous les marchés « et récupérer par le butin par derrière » n’est ce pas c’est dans ce ministère que les membres de la commission des passations de marché on été tous limogé par le Premier ministre pour corruption ? Quelle est la suite réservée à ces corrompus ? Ils sont encore aux affaires. Pauvre Cameroun…

Monsieur le ministre, aucun décollage économique n’est possible dans un pays sans recherche scientifique et technique. C’est à ce titre que l’UNESCO recommande l’octroie de 1% de budget de l’Etat chaque année à la recherche dans les pays. Nous vous prions de nous aider le plus urgemment possible car nous tendons vers le naufrage.

NB : depuis la publication de cette correspondance, le SG a viré l’un de nos fidèles membre. En l’envoyant à la retraite précipitamment ./-

PS :   Collectif du Personnel Chercheur du Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MINRESI) BP 1457 YAOUNDE. Nous vous autorisons d’utiliser vos sources d’informations dans notre ministère pour vérifier toutes les informations contenues dans cette première correspondance.

© Correspondance de : Takam Pierre, Porte Parole du collectif BP: 1457 Yaoundé

Paru le 20-04-2009 10:04:20

Tag(s) : #Dossiers noirs