Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le Dr GUERANDI MBARA G. rend hommage à la jeunesse camerounaise, après les évènements qui ont secoué le Cameroun durant le mois de février. Une révolte populaire  qui traduisait le ras le bol des populations face au régime oppresseur qui les dirige depuis 26 ans.

Déclaration de M. GUERANDI Mbara G.

Depuis la mi février 2008, nous assistons à la révolte du peuple camerounais contre un régime tyrannique qui ne pense qu’à pérenniser son pouvoir et à paupériser les Camerounais (perte de 70% du pouvoir d’achat depuis 1993 face à l’augmentation du coût de la vie). Ce ras-le-bol généralisé, conséquence d’un  mal vivre individuel et collectif, a révélé aux yeux du monde, une profonde conscience politique et un rare engagement dans une lutte patriotique, chez les populations en général et les plus jeunes en particulier Les Camerounais revendiquent une alternance politique et ce, de manière démocratique et pacifique, refusent la mal gouvernance, exigent une véritable lutte contre la corruption, l’impunité et toute forme de tribalisme et de discrimination, aspirent au bien-être par la satisfaction des besoins fondamentaux pour tous  (emploi, éducation, alimentation, logement, santé, transport, etc.), veulent participer à la consolidation de l’unité nationale, à la construction des Etats-Unis d’Afrique, et souhaitent que l’avenir de la jeunesse soit assurée.

Le refus catégorique de satisfaire ces aspirations fondamentales et légitimes ne pouvait que convaincre davantage les Jeunes Camerounais (chômeurs, élèves, collégiens, étudiants, diplômés, ben skins, sauveteurs, etc.) à prendre leur destin en main en demandant le départ de M Paul Barthélémy Biya. La résistance de notre jeunesse et la révolte de notre peuple ne sont pas à chercher dans la manipulation ou l’instrumentalisation  des jeunes  par des « apprentis sorciers » comme le dit M. Paul Barthélémy Biya pour justifier les dizaines de morts (en majorité des jeunes) par  les armes  des forces de répression du régime du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti au pouvoir. D’où la demande populaire de l’instauration d’une commission internationale d’enquête pour faire toute la lumière sur ces massacres et enlèvements des citoyens parce que le Cameroun est un Etat de non droit aux institutions défaillantes taillées et  appliquées pour les intérêts personnels des barons du RDPC.

Paix à TIWA Jacques, EKOKA Jean, MBENG Junior, NDIMA, TANTOH Emmanuel et aux autres martyrs du soulèvement patriotique sur l’ensemble du territoire.  

Rappelons-nous que les Jeunes camerounais ont toujours payé de leur personne et de leur vie les luttes patriotiques menées contre le régime tyrannique de M. Paul Barthélémy Biya : les arrestations arbitraires, les répressions sauvages du 06 avril 1984, les assassinats lors des « villes mortes » de 1990-1992, les massacres de Douala en 1999-2000 sous prétexte de combattre le grand banditisme, et tout récemment en 2007, les assassinats au cours des manifestations d’Abong Mbang (le 17 septembre), de Yaoundé (le 05 octobre), de Bamenda (le 16 octobre), de Kumba (le 09 novembre), la séquestration sans jugement de militaires depuis octobre, etc.

Nous condamnons avec la dernière énergie tous ces crimes qui sont, s’il en est encore besoin, la preuve du constat fait depuis 1982, de l’incapacité de M. Paul Barthélémy Biya à relever les grands défis de l’heure. S’il aime encore son pays, après plus d’un quart de siècle au pouvoir, et un bilan négatif et désastreux, l’homme de M’vomeka aurait la sagesse de passer la main.

En conséquence, face à la tyrannie de Yaoundé et à son incapacité chronique à satisfaire les attentes primaires des Camerounais ou à susciter de l’espérance en l’avenir du Cameroun et donc en l’avenir de son peuple, Nous proclamons solennellement que l’ALTERNATIVE PATRIOTIQUE existe autant sur le plan de son leadership, de ses structures,  de son projet de société viable que de ses moyens d’action. En conséquence, dès à présent, pour redonner espoir au peuple camerounais, Nous exigeons :

1.      Le maintien de la limitation du mandat présidentiel pour permettre l’alternance politique au moyen d’une constitution consensuelle,

2.      L’édification d’un Etat de droit moderne,

3.      La relance de l’économie nationale.

Ces misions salvatrices sont à exécuter par un GOUVERNEMENT DE TRANSITION HISTORIQUE ET DEMOCRATIQUE, car le régime tyrannique de M. Paul Barthélémy Biya est disqualifié pour impulser tout changement digne du Cameroun. Aussi encourageons-nous  la diaspora camerounaise à prendre ses responsabilités historiques en symbiose avec les Patriotes de l’intérieur.  Ce qui impose une organisation méthodique, une mobilisation permanente et un engagement sans faille dans l’unité d’action.

Nous nous inclinons avec respect devant toutes les victimes de la tyrannie biyaenne et associons nos pensées aux familles endeuillées. Nous rendons un hommage patriotique aux MARTYRS afin que leur mémoire demeure  à jamais gravée sur le fronton du panthéon de notre pays.

Vive la Jeunesse combattante du Cameroun!

01 mars 2008                           

Dr GUERANDI Mbara G

Partager cette page

Repost 0